Événements

Ce qu’il fallait retenir du Design Thinking Jam

Vous avez manqué le Design Thinking Jam 2018? Pas de panique, dans cet article nous reviendrons sur les faits saillants de cette première édition, et nous ferons un point sur l’état d’avancement du projet aux côtés de L’Itinéraire.

Depuis l’été dernier, les experts en Innovation de Talsom guident le Groupe communautaire à travers une démarche complète de Design Thinking, pour tenter d’aider l’organisme et ses camelots à faire face à la réalité d’achat numérique dans le cadre de la vente de magazines de rue.

Une session d’idéation à échelle humaine
Le 13 septembre dernier, l’Espace Faubourg Québec était en effervescence. Il est vrai qu’il est peu commun d’accueillir 180 personnes sous un viaduc, en plein cœur de Montréal, pour faire un atelier de Design Thinking en plein air. Un lieu atypique, une après-midi ensoleillée, l’envie de chacun de créer un impact positif, bref, toutes les conditions propices à la créativité étaient réunies. Les participants arrivent, prennent place sur une trentaine de tables de pique-nique, et l’activité peut débuter!

 Ce qu'il fallait retenir du Design Thinking Jam 2018

Encourager les idées folles
Après avoir reçu une explication concrète du projet par les animateurs sur scène, ainsi qu’une compréhension claire de la réalité du camelot et de son environnement, chaque équipe s’est vu attribuer un design challenge, pour lequel elle devait trouver des solutions à travers un brainstorming d’idées!

Identifiés en amont par les équipes du projet, ces design challenges, au nombre de quatre, sont le résultat des premières recherches et observations effectuées au cours des premiers mois :

  • Comment augmenter la visibilité, la sensibilisation et l’affluence de don pour l’organisme L’Itinéraire?
  • Comment permettre aux clients d’acheter le produit de L’Itinéraire ou d’aider un camelot même s’il n’a pas d’argent sur lui?
  • Comment faire de l’interaction avec le camelot, une expérience mémorable qui est bénéfique à la fois pour les passants et le camelot?
  • Comment mettre de l’avant les aptitudes des camelots dans un nouveau produit/ service plus intéressant pour le public?

Quantité, ambiguïté et ouverture d’esprit étaient les mots d’ordre ; il n’y a pas de mauvaises idées. Au total, plus de 1000 idées ont vu le jour.

« L’idéation c’est la partie fun du Design Thinking, c’est le moment où on laisse nos idées les plus folles sortir! »  – Adil Mansouri, membre de l’équipe Innovation.

Une fois les idées regroupées, les participants devait voter pour leurs préférées. C’est à l’issue de cette phase d’idéation, que chaque équipe a dû sélectionner une seule idée pour continuer le processus.

Activité de Design Thinking

Quand la solution prend vie
Que faire lorsque nous avons mis le doigt sur la bonne idée? Il faut lui donner vie! Pour ce faire, les participants avaient à leur disposition des bacs remplis de divers matériaux qui leur ont permis de matérialiser leur solution. Chaque équipe devait ensuite se filmer en présentant son prototype.

VISIONNER TOUTES LES VIDÉOS ICI

À l’issue de cette phase, placée sous le signe de l’imagination, plus de 30 prototypes qui furent construits par nos participants.

« Un des faits intéressants avec le Design Thinking est qu’on va beaucoup plus loin que le traditionnel brainstorming lorsqu’on est face à un problème. Ce que tous les participants ont réussi à faire en 3 heures c’est de se placer dans la peau d’un camelot, comprendre sa réalité, trouver des idées pour l’aider et les mettre en application. » – Dany Jutras, membre de l’équipe Innovation.

Les prototypes issus du Design Thinking Jam 2018

Trois semaines après, où en sommes-nous ?
Grâce à tous les éléments qui sont ressortis du Design Thinking Jam 2018, l’équipe a pu collecter de nouvelles données pour continuer le projet. Les membres ont pu faire davantage avancer leur compréhension de l’environnement de travail et des besoins des camelots. Puis, l’équipe s’est prêtée une nouvelle fois à l’exercice de l’idéation à partir des centaines d’idées générées lors de l’événement. En adoptant cette approche itérative, la solution finale aura plus de chance d’être acceptée par les camelots et le public.

« Nous avons revu toutes les idées et les prototypes un à un pour les amener encore plus loin. Ensuite, nous avons ressorti ce qui, selon nous, était les idées les plus intéressantes en termes de faisabilité et d’impact, puis nous les avons présentées à l’équipe de L’Itinéraire. » – Valérie Dionne, membre de l’équipe Innovation.

Les solutions sont réalisables seulement si elles peuvent prendre vie. C’est pourquoi, afin que la solution finale proposée à L’Itinéraire soit fonctionnelle, nos experts doivent évaluer sa faisabilité, au même titre que sa désirabilité et sa viabilité. En Design Thinking, pour être considérée comme une véritable source d’innovation, une solution doit être financièrement viable, humainement désirable et technologiquement faisable.

Tester les prototypes auprès du public
Cette semaine l’équipe s’est ensuite attaquée à la phase suivante de la démarche de Design Thinking : la co-création.

Processus de Design Thinking

À l’occasion de la nouvelle parution du magazine L’Itinéraire, nos experts se sont rendus sur les lieux de vente avec les camelots, pour tester deux idées de paiement soigneusement sélectionnées auprès du public, à l’aide de prototypes et d’expérimentations qui permettront de mettre à l’épreuve les différentes hypothèses de chaque solution.

Au cours des deux prochaines semaines, l’équipe continuera d’aller à la rencontre du public et des camelots pour à la fois valider les premières idées qui sont ressorties du Design Thinking Jam  2018 mais aussi d’entrevoir la création de nouvelles idées. Suite à cela, L’Itinéraire pourra d’ores et déjà entrevoir à quoi ressemblera la solution finale proposée par l’équipe, solution qui aura donc était en amont acceptée par le public et les camelots.


Vous souhaitez vivre ou revivre l’expérience Design Thinking Jam 2018?

Publié le 04.10.2018